Résumés des communications

Ibtissam BOUACHRINE

Smith College, Massachusetts

Sex, Alcohol, and Muslim Women

The question of women in al-Andalus continues to fascinate scholars and the general public alike. What does one make of Muslim women from the eleventh, twelfth, and thirteenth centuries who drink as much wine as they wish and then demand to be satisfied sexually, invite their lovers into their bed, even instruct them about how to make love? And what about the abundant sexual treatises in which prominent religious scholars tell stories of drunk, sexually active, promiscuous, and unapologetic Muslim women who freely take on lovers, both male and female? This surely reflects a “golden age” for women under Islam, a time before orthodoxy, or at least that has been the general agreement among scholars, including Muslim feminists. This paper examines the accuracy of such assumptions as well their implications for Muslim women. The first section argues that both Muslim and non-Muslim scholars are complicit in the construction of the myth of al-Andalus as the age before orthodoxy, which welcomed Muslim women’s agency and empowerment (through sex and alcohol.) The second and third parts of this paper historicize the literature produced by and about women in al-Andalus. They argue that when read in their historical context, poems and wine, love tales, and sexual treatises expose masculine anxiety about women’s transgressive behavior, in particular a fear of women’s sexual agency and the possible subversion of heterosexual norms. The final section looks at the “feminist utility” of al-Andalus as an “ennobling lie.” It identifies five reasons why the Andalusi myth is not productive and, from a feminist standpoint, can even be dangerous.

 

Fereshteh FARMANI

Inalco, Paris

Du vin dans les illustrations d’une édition persane des Mille et une nuits

La première édition lithographique illustrée en langue persane (1855) des Mille et une nuits comporte 70 illustrations. Certaines sont faites par Mirzȃ Ali-Qoli Khuî, Mirzȃ Rezȃ Tabrizî et Mirzȃ Hasan et d’autres sont anonymes. La plupart concerne des décors intérieurs en présence des personnages majeurs des contes. Cependant, il est intéressant de constater que les séances de boisson ne sont pas absentes, même lorsqu’il n’est fait que vaguement allusion au vin dans le récit qui est en train d’être illustré. Il semble donc qu’il existe un intérêt spécifique doublé sans doute d’un autre regard sur le vin. Même dans les diverses aventures de Sindbâd le marin, une planche a été consacrée à l’aventure qui lui survient avec « le vieux de la mer », cette planche insistant tout particulièrement sur le rôle du vin (de raisin) dans le processus qui a mené  le héros à sauver sa vie ! A partir de cette édition, on va choisir trois illustrations qui correspondent aux contes suivants : «‘Alî Ibn Bakkâr et Shams al-Nahâr », «Le Yéménite et de ses six esclaves » ainsi que «Le cinquième voyage de Sindbâd le Marin » afin d’y relever les différents rôles attribué au vin comme : la jouissance propre, l’ornementation d’une rencontre des amoureux, et le principe de réanimation des forces et d’obtention de la vie. Cela signifie-t-il que les dessinateurs ont résolument choisi une vision positive du vin et de l’ivresse ?  Et si oui, celle-ci serait-elle « littérale » ou bien, comme souvent dans la tradition « symbolique » ?

Les mots clés : Le vin, l’ivresse, conte, les Mille et une nuits, littérature Persane, Illustration lithographique Persane.

 

Soufian AL KARJOUSLI

École SUPELEC, Rennes

Le vocable sukr entre étymologie  et appropriation  par la littérature coranique

 L’origine et les sens du vocable sukr sont complexes. La compréhension dominante d’un sukr lié uniquement à l’ivresse produite par l’alcool a des conséquences qui altèrent la force linguistique des textes littéraires. Nous nous appuierons ici sur la littérature coranique pour le montrer. Nous proposons de revenir d’abord sur l’étymologie du terme et sur les différents sens qu’il porte. Le linguiste arabe Ibn Manzur, à travers son lisân al ‘arab,  écrit que c’est l’origine éthiopienne de ce vocable, sakraka, qui signifie « alcool ». Ibn Manzur signale ensuite d’autres sens en arabe et prend les exemples de sukr al chabâb comme étant « l’ivresse de la jeunesse », sukr al mâl comme « l’ivresse de l’argent » et sukr al sultân comme étant « l’ivresse du pouvoir ». Ces différents sens de sukr peuvent également être retrouvés à travers la littérature coranique. Le texte coranique est ici pris avant tout comme un grand texte littéraire qui porte en lui des empreintes linguistiques et dont la sémantique évolue aussi avec les appropriations. Nous aimerions montrer comment dans ce texte fondateur de religion, l’utilisation de la synonymie à propos de sukr aboutit à des interprétations réductrices tuant les métaphores et donc la portée littéraire du texte. Le respect de la polysémie du terme permet au contraire d’en conserver toute la richesse littéraire. Nous montrerons aussi comment s’est faite l’introduction de ce vocable d’origine étrangère par translittération dans la langue arabe, puis l’évolution de ces différents sens selon les procédés linguistiques utilisés.

Ahmed KHARRAZ

Inalco, Paris

Le vin et le divin dans la poésie d’Al-Harrâq

Si les thèmes bachiques étaient déjà à l’honneur dans la poésie arabe préislamique, ils ont pris une autre perspective à l’époque Umayyade puis à l’époque Abbasside. En particulier, Abū Nuwās va en faire un genre poétique indépendant. Mais ce sont les poètes soufis qui leur donneront une dimension mystique. Cette thématique a une place privilégiée dans l’œuvre d’al-Ḥarrāq, qui ne se contenta d’insérer des vers bachiques dans sa poésie, mais composa des poèmes bachiques à part entière pour chanter ses exaltations mystiques et créer ainsi une poésie bachique soufie (ḫamriyya ṣūfiyya).

Originaire de Chefchaouen et éminent élève d’al-Qarawiyyin à Fès, al-Ḥarrāq (m. 1845) fut nommé par le sultan Moulay Souleyman comme juge et référent religieux de la ville de Tétouan. Après une longue carrière de jurisprudence au service des habitants de cette ville, un évènement tragique bouleversa sa vie. Il se tourna alors vers une vie ésotérique et se consacra à une poésie qui reflète la subtilité mystique et le raffinement andalou (chantée jusqu’à nos jours par ses descendants dans son mausolée à Tétouan).

Comme la plupart des poètes soufis, al-Ḥarrāq aborde le sujet de l’ivresse pour exprimer ses états d’âme et l’exaltation soufie (al-ḥaḍrah). L’ivresse, dans ce contexte, est extrêmement codifiée et s’exprime avec un langage soufi complexe. Pour le comprendre, nous allons étudier la description du vin : ses caractéristiques et ses représentations dans sa poésie, puis tenter de saisir la notion de l’ivresse (sukr ou ḥaḍrah ṣūfiya) afin d’éclairer le mystère spirituel dans sa poésie. En d’autres termes, il s’agira de comprendre la dimension mystique de la poésie ravissante dans son œuvre. Nous essayerons également d’analyser le lien entre cette thématique bachique et la forme poétique (le choix des mètres, des rythmes, des rimes…).

 

Gianclaudio MACCHIARELLA

Università Ca’Foscari Venezia

Exaltation and Ecstasy between Byzantium and Islam

Beyond the Arab world, it is in the very core of the Byzantine world, i.e. in the Emperors’ Palace of Constantinople, that one can find the codification of choral Bacchic practices (such as exaltation and ecstasy through wine and other drugs, music and dance), as I have tried to demonstrate in a study (2005)[1] devoted to the floor mosaic of the Great Palace of the Byzantine Emperors. The analysis of the description given by Theophanes Continuatus’ Chronography of the ceremonies in honor of the Circus Factions patronized and personally presided by the Emperor Theophilos (829-842) within the premises of the  s.c. Peristyle of the Sygma, associated with the iconography of the many scenes of Bacchic subject, as well as urban and idyllic themes, extensively developed through the huge mosaic floor offers an interesting insight into civil customs, traditions, imperial protocols and the whole imaginary of the Byzantine aristocracy during the rule of the last of the “iconoclast” Emperors.

Moving beyond the limits of the Byzantine Empire, I will try to show how the Dionysian imaginary and practices had enduring effects also in the aristocratic milieu of the Umayyad court, through the discussion and re-interpretation of some of the celebrated scenes of the apodyterium of the ḥammām of Quṣayr ‘Amra (Jordan). Here one can find a fine selection of scenes related to the infancy of Bacchus and the foundation of the Dyonisian cult in Delphi, probably inspired by the epics of the Dyonisiaca of Nonnos of Panoplis.[2]


[1] MACCHIARELLA, G. (2005): “Date and Patron(s) of the Floor Mosaic of the Great Palace of the Byzantine Emperors: a New Approach”, MACCHIARELLA G. (Ed.): “Alpaghian”.  Scritti in Onore di Adriano Alpago Novello. Webfestschrift. Vol. 1: http://www.scriptaweb.it .

[2] GUIDETTI, M., and G. MACCHIARELLA (2007): “Problemi di ermeneutica nell’iconografia umayyade: Qusayr ‘Amra e Khirbat al-Mafğar”, Calzona A.; Campari R.; Mussini M. (Eds. ): IMMAGINE E IDEOLOGIA. Studi in onore di Arturo Carlo Quintavalle, Mondadori Electa-Università di Parma, PARMA, pp. 53- 64, n. 1.

 

Danilo MARINO

Inalco, Paris

Università degli Studi di Napoli « L’Orientale »

 Ivresse et humour dans l’époque mamelouke : le motif de Mangeurs de Haschich

Longtemps utilisé comme sédatif et calmant des troubles psychiques tel que l’épilepsie, on ignore quand le cannabis (qinnab) soit passé de médicament à substance enivrante et récréative. Pourtant, entre le VII/XIII et le VIII/XIV siècle, le phénomène était devenu un véritable problème sociale si Ibn Taymiyyah (m. 728/1328) consacre au haschich des fatawā’ véhéments : comme le vin était une ordure assimilé à l’urine, l’herbe, consommée sous forme des boules mélangées à des épices et au miel, ne serait comparée qu’aux excréments.

Malgré cela, les poètes ne manquèrent pas de constater le potentiel littéraire offert par le sujet. Bien que les effets enivrants rappelaient le vin, les deux substances possédaient, cependant, des propriétés organoleptiques si différentes qu’il s’ouvrait à leur invention un nouveau répertoire d’images à exploiter. Au départ, le genre bachique fournira le modèle esthétique de référence, tant que les premiers textes – al-Is‛irdī (m. 656/1258), Ṣafī al-Din al-Ḥillī (m. 748/1348) – sont des munāẓarāt et mufākharāt en vers entre le khamr et le haschich. Plus tard, en faisant appel au registre humoristique, le motif semble acquérir une certaine autonomie notamment dans l’œuvre d’Ibrāhīm al-Miʿmār (m. 747/1347) et Ibn Sūdūn al-Bashbughāwī (m. 868/1464).

Dans cette communication je propose une brève description du motif, en m’appuyant sur un corpus de textes recueillis dans le Rāḥat al-arwāḥ fī al-hashīsh wa l-rāḥ (MS arabe 3544 de la BNF) de Abū l-Tuqā al-Badrī (m. 894/1488). En conclusion, je chercherai d’explorer ce lien étroit entre la description de l’ivresse provoquée par l’absorption de psychotropes et la littérature plaisante en prose et en vers à l’époque mamelouke.

 

Christina OSSIPOVA

Moscow State University

Ibn al-Raqīq al-Qayrawānī on the gains and harms of the inebriating beverages

 Ibn al-Raqīq al-Qayrawānī’s “The pivot of joy on description of wine” (Quṭb ql-surūr) is supposed to be one of the latest and fullest treatises on Bachic literature. It includes chapters wholly dedicated to the finest examples of Wine Poetry (khamriyyāt) as well as chapters containing invaluable material reconstructing contemporary etiquette of carousal or those discussing the prohibited beverages and the opinions of the philosophers on the topic. This paper will focus on the way the theme of the gains and harms of wine (manāfi‘ al-ashriba wa maārruha) is dealt with in the terms of its structure throughout the treatise, the main thoughts that are stressed in this regard and the way the main participants of the banquette (mulūk/ nudāmā/ saqā) are involved.

 

Hakan ÖZKAN

Universität Münster

Les enivrants dans le divan de Ibrahim al-Miʿmar

Dans le divan d’Ibrahim al-Miʿmar les substances enivrantes telles que le vin, l’herbe et assez singulièrement, la bière jouent un rôle prépondérant. Surtout ses zajals contiennent toute la panoplie de ces enivrants et de ses maints usages au sein de la population mamelouke. Dans mon intervention je me penchera sur ces types différents d’enivrants, ses usages, ses effets et le cadre social, économique et circonstanciel dans lequel ils sont consommés.

Des exemples de poèmes à l’appui on verra comment ces enivrants sont utilisés voir instrumentalisés par le poète comme motif stéréotypé

 

Gianluca SAITTA

Inalco, Paris

Personnages enivrants dans les munâẓarât yéménites de la période postclassique

Durant l’époque postclassique/pré-moderne le genre maqâma se caractérise par le chevauchement avec d’autres genres littéraires similaires tels que la munâẓara et la mufâḫara. La prolifération de ces variétés de maqâma est une particularité de la production littéraire au Yémen pendant cette période. Les munâẓarât mettent en scène des débats entre des objets, des jardins, des éléments de la nature, des animaux, qui, à travers l’artifice de la prosopopée, s’affrontent de manière oratoire pour montrer leurs qualités les plus éminentes. Nous pouvons discerner dans ces débats une longue tradition qui voit s’opposer le palmier et le cépage ou le raisin, comme dans la Mufâḫara bayn al-naḫla wa al-karma (XVe s.) et la Mufâḫara bayn al naḫl wa al-‘inab (XVIIIe s.). Mais c’est surtout le topos littéraire du café et du qat qui est exploité dans de nombreuses œuvres de poésie de l’époque, et dont l’exemple le plus réussi se retrouve dans la Mufâḫara bayn al-qahwa wa al-qât (XIXe s.). Si le cépage et les raisins se décrivent eux-mêmes principalement pour leur beauté plastique concourant à l’embellissement du paysage, ils véhiculent également un message caché exaltant le goût et l’élément bachique. De leur coté, le café et le qat sont parfois décrits comme des substances enivrantes. Le qat en particulier possèderait des propriétés surnaturelles, et le café, selon certaines interprétations, serait associé à l’alcool. En nous appuyant sur ces trois munâẓarât mais aussi sur d’autres sources littéraires yéménites se rapportant au même sujet, nous voulons montrer comment, au-delà de l’aspect purement descriptif, ces substances renvoient à des éléments médicaux, bachiques, mystiques et parfois homo-érotiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.